Bibliographie sélective

 

Quelques publications



Mars 2012
Sont listés ici les livres et articles parus dans la presse, rédigés par l'auteur, Philippe Chevoleau.

Mise à jour du 18/03/2012
Voici une liste d'article parus dans la revue AQUAmag (2008-2012). Elle sera complétée au gré des publications prochaines. Seuls les articles de l'auteur sont mentionnés. On peut toutefois retrouver l'intégralité des sommaires de ce magazine sur le site officiel d'AQUAmag.

Mise à jour du 28/01/2012
Ont été ajoutés les titres précédemment parus :
Les APISTOGRAMMA, Tome 1 (2011)
Les SCALAIRES (2010)
Les ARLEQUINS (2010)
Les CORYDORAS (2010)

 



Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°1
(épuisé)
Animalia Éditions, décembre 2008.


Aquarium-biotope : Le bassin de l'Orénoque apprivoisé
En vedette : Paracheirodon axelrodi : incontournable cardinalis
Crevettes & compagnie : Pour bien démarrer avec les crevettes


     
Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°3

Animalia Éditions, juin 2009.


Aquarium-biotope : Autour du bassin de l'Amazone
En vedette : Danio choprai, joyau de Birmanie




Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°4

Animalia Éditions, septembre 2009.


En vedette : Apistogramma agassizii





Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°8

Animalia Éditions, septembre 2010.


Aquacoulisses : L'aquarium public de Bruxelles
Repro : Le gourami miel - Colisa chuna




Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°9

Animalia Éditions, décembre 2010.


Aquacoulisses : L'Amazonie grandeur nature à Barcelone
Aquarium-biotope : Un bac australo-néo-guinéen




Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°10

Animalia Éditions, mars 2011.

Aquarium-biotope : Autour du combattant, Betta splendens





Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°12

Animalia Éditions, septembre 2011.


En vedette : Hyphessobrycon eques : serpae, callistus… ou autre





Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°13

Animalia Éditions, décembre 2011.


Portrait nature : Un monde de "guppys"





Les scalaires - le genre Pterophyllum
AQUAmag n°14

Animalia Éditions, mars 2012.


Cichlidés : Apistogramma cacatuoides, facile, et pourtant…





LIVRES



Le genre Apistogramma tome 1 - Complexe A. cacatuoides
LES APISTOGRAMMA, Tome 1
Un livre sur Apistogramma cacatuoides et espèces "proches".
Animalia Éditions, 2011.

Ce tome 1 présente les espèces du complexe Apistogramma cacatuoides. On y retrouve également d'autres "apistos" bien connus, à l'instar de A. trifascatia, A. barlowi (A. sp. "incubator"), A. pandura et A. nijsseni. À noter que pour cette dernière espèce, Patrick de Rham, qui a découvert ce magnifique poisson, m'a fait l'amitié de relater cette trouvaille dans les pages de ce guide. On y apprend ainsi, d'ailleurs, que la première fois, il n'avait repéré que les femelles, reconnaissables à leur livrée si caractéristique ! Il nous raconte également comment la description fut d'abord effectuée par Sven Kullander, grâce aux premiers poissons récoltés, puis complétée ultérieurement suite à l'arrivée de spécimens mâles.
L'installation de l'aquarium, les conseils pour la maintenance et la reproduction de quelques Apistogramma sont ici proposés, avec bien sûr une majeure partie consacrée au cacatuoides. C'est aussi l'occasion pour les néophytes de découvrir une espèce facile à maintenir (le cacatuoides tolère sans problème une eau mi-dure) et à reproduire. De plus, le comportement de ces poissons est exceptionnel, avec une femelle gardant la progéniture tandis que le mâle surveille plutôt les alentours, participant quelquefois (mais pas toujours, loin de là) aux soins à la descendance.

À recommander à tous ceux qui désirent s'initier au genre Apistogramma.


 

 

Pour éviter une dispersion de l'information, ces pages personnelles s'arrêtent, à l'exception de la Bibliographie sélective présentée ici.


Désormais, retrouvez-moi sur le blog, mis à jour régulièrement.


Le blog de Philippe Chevoleau

 
 


Les scalaires - le genre Pterophyllum
LES SCALAIRES
Un livre sur les espèces du genre Pterophyllum.
Animalia Éditions, 2010.

Ce livre a, pour moi, une place à part avec celui sur les néons, mais pour des raisons différentes.
Concernant les Paracheirodon, c'était enfin un guide que je pouvais écrire sur des "Characidés" sud-américains et faire ainsi un clin d'œil au Dr Jacques Géry (qui décrivit d'ailleurs Paracheirodon simulans). Hélas, il n'aura jamais pu le lire, disparu quelques mois seulement avant que je n'achève le "tapuscrit" sur ces poissons qu'il aimait tant et pour lesquels il aura consacré un demi-siècle à les étudier.
Les scalaires, c'est avant tout le poisson qui m'a obsédé dès l'âge de 7 ans. Dès l'installation de mon premier aquarium, je voulais qu'il soit là  ! Mais il m'aura fallu attendre quand même l'adolescence pour réussir l'élevage de ce poisson, et à l'époque sans osmoseur. Depuis, l'aquariophilie a fait des progrès et, par chance, moi aussi !
Ainsi, aujourd'hui, il est possible d'acclimater et même de reproduire des scalaires sauvages. Cela demande un certain équipement et, quelquefois, beaucoup de patience. Mais on est loin des obstacles rencontrés il y a près d'une trentaine d'années.
Outre Pterophyllum scalare, les autres espèces du genre sont présentées : P. altum (avec des photos de reproduction réalisées par Christian et Marie-Paule Piednoir — et j'insiste sur le fait qu'il s'agissait de leurs poissons, que j'ai eu la chance de voir) et P. leopoldi. Actuellement, il n'y a donc que 3 espèces de scalaires valides. Les autres formes sont probablement des variétés géographiques, voire des sous-espèces de P. scalare. À noter que P. altum est typique du bassin de l'Orénoque et ne partagerait donc pas son habitat avec d'autres espèces de Pterophyllum, ce qui explique sans doute une évolution différente à cause de populations "isolées".
Comme pour les autres guides, les soins, la reproduction et autres réjouissances sont présentés.


     
 

 


Les arlequins - genre Trigonostigma
LES ARLEQUINS
Un livre sur les espèces du genre Trigonostigma.
Animalia Éditions, 2010.

Encore fréquemment vendus pêle-mêle sous diverses appellations, les "arlequins" appartiennent en fait à trois espèces distinctes, toutes incluses dans le genre Trigonostigma. À savoir, Trigonostigma espei, T. hengeli et T. heteromorpha. Une quatrième espèce, dénommée Trigonostigma somphongsi est quant à elle bien plus rare et n'apparaît que très sporadiquement dans le commerce. C'est dommage, car l'auteur a d'excellents souvenirs de ce petit Cyprinidé se déplaçant en banc compact et animant les aquariums de taille modeste (une soixantaine de litres minimum, tout de même).
Ce livre fait donc le tour des "arlequins" et notamment leur position systématique par rapport aux autres Rasbora et Boraras.
Il est d'ailleurs à noter que depuis 2011, les scientifiques ne sont pas d'accord sur le statut des Trigonostigma, préférant les rattacher à nouveau au genre Rasbora ! Il faudrait donc se réhabituer à parler de Rasbora heteromorpha, et non plus de Trigonostigma !
En attendant d'y voir plus clair sur l'appellation de ces petits Cyprinidés, rien n'empêche d'en connaître un peu plus sur eux, notamment leur maintenance et même leur reproduction.


     
 

 

Les corydorasLES CORYDORAS
Un livre sur les espèces du genre Corydoras.
Animalia Éditions, 2010.

Souvent considérés comme des poissons "poubelles" (sic), les Corydoras spp. ont la vie dure dans les aquariums inadaptés. Il n'est pas rare que ces Callichthyidés, pourtant très résistants, meurent au bout de quelques mois à cause d'un manque de soins… essentiellement la malnutrition.
Profitons donc de cette présentation pour rappeler que les "corys" ne se nourrissent certainement pas des déjections des autres poissons, et qu'ils ne font pas le ménage ! Ils réclament une nourriture équilibrée et qui, évidemment, doit pouvoir atteindre le fond pour que ces derniers puissent la consommer. Si certaines espèces (Corydoras aeneus ou encore C. paleatus) vont quelquefois jusqu'en surface pour se nourrir, ce n'est pas le cas de toutes. De plus, les autres poissons plus agiles ont souvent tout consommé avant que les corys ne puissent s'alimenter… Ce n'est pas normal, surtout pour des animaux qui, avec un minimum de soins, vivent une bonne dizaine d'années dans un aquarium bien équilibré et tolèrent une vaste fourchette de paramètres physico-chimiques de l'eau (pH, dureté, en évitant tout de même un taux de nitrates trop important).
Cette parenthèse terminée, le livre présente un vaste panorama du genre, avec les espèces les plus courantes, mais aussi certaines que l'on rencontre moins souvent. Les autres Callichthyidés, à l'instar des Brochis, Dianema et Scleromystax (avec l'espèce-phare Scleromystax - ex Corydoras - barbatus), sont également abordés, mais de manière succincte.
Plus d'une vingtaine d'espèces courantes de Corydoras sont présentées, avec des clés de détermination. Un point est également proposé sur quelques Corydoras "sp." ; notamment les variétés géographiques de C. aeneus.


     
 

 

Le livre de la pêcheLE LIVRE DE LA PÊCHE
Un livre sur la pêche à destination des enfants

Milan Jeunesse, 2009.

Comment peut-on concilier pêche et aquariophilie, vont se demander certains ? C'est très simple, cela dépend simplement de la manière dont on aborde les choses.
Il ne s'agit donc pas ici de traiter des techniques qui vont permettre aux enfants de pêcher le plus de poissons possible, mais bien de leur expliquer qu'une partie de pêche, c'est avant tout un contact avec la nature. Un peu comme l'aquarium. Et pour être franc, je connais des pêcheurs qui tuent moins de poissons que certains aquariophiles ! Voilà, tout es relatif.
L'ouvrage a été publié dans la collection "Les accros de la nature", et dans ce but, j'ai bien sûr milité pour une protection des biotopes et une meilleure connaissance de l'habitat, en l'explorant ou simplement en l'observant lorsque l'on va pêcher, quel que soit son âge. Avec évidemment les règles de prudence qui s'impose.
Ce livre, je l'ai écrit en me basant sur deux choses : mes souvenirs de pêche étant enfant, et ce qu'aujourd'hui j'apprends à mes propres enfants lorsque l'on va se balader dans la nature (reconnaître les insectes, les plantes, observer les oiseaux, les poissons, etc.).


     
 

 

Livre sur les NéonsLES NÉONS
Un livre sur les espèces du genre Paracheirodon principalement.

Animalia Éditions, 2008.

Les néons (Paracheirodon) sont connus des amateurs depuis l'avant seconde guerre mondiale. Jusqu'alors, il n'existait aucun livre en français sur le sujet. C'est chose faite depuis novembre 2008.
Désolé pour ma lenteur, et ce n'est donc plus une nouveauté, mais quitte à relooker le site, c'est le moment d'en parler, même après un an ! Et puis, s'agissant de Characidés, il a sa place d'honneur ici.
Sont également traités d'autres Characidés qui portent également le nom de "néon", même si celui-ci devrait plutôt se limter sensu stricto aux Paracheirodon spp. pour éviter la confusion. On y retrouve donc également le "néon rose" (Hemigrammus erythrozonus) et le "néon noir" (Hyphessobrycon herbertaxelrodi), pour les plus connus. Quant au genre Paracheirodon, les 3 espèces connues sont traitées : Paracheirodon axelrodi (cardinalis) ; Paracheirodon innesi (néon bleu ou tétra néon) ; Paracheirodon simulans (faux néon, mais j'ai préféré ici le baptiser "néon simulant" à cause du fait qu'il imite le cardinalis, et suite à une discussion sur le sujet avec Patrick de Rham... en effet, je croyais me souvenir que le Dr Géry, descripteur de l'espèce, le baptisait "néon simulateur", mais Patrick m'a rappelé que c'était en fait "néon simulant", histoire d'être au plus près du nom scientifique, et énième facétie du grand spécialiste des Characoïdes qui adorait les jeux de mots).
Quant au nouveau Paracheirodon découvert par Heiko Bleher, il est mentionné, mais avec les réserves d'usage, puisque jusqu'à aujourd'hui, aucune description n'a été faite. Actuellement, beaucoup s'accordent à penser qu'il s'agirait simplement d'une forme géographique de P. innesi. Mais il ne s'agit que de spéculations, et nous attendrons sagement l'avis des scientifiques pour nous faire enfin une idée de la chose.


     
 

 


Les colisas
LES COLISAS
Un livre sur les espèces du genre Colisa.

Animalia Éditions, 2008.

Là encore, un "vieux" livre qui date de... l'année dernière ! Les informations ne sont donc pas encore obsolètes.
Vous trouverez mes explications sur les débordements actuels (qui hélas recommencent depuis le début 2009, après la sortie de ce livre) concernant la polémique de la désignation du genre. En effet, au sein de l'IGL allemande (équivalent de la CIL outre-Rhin), plusieurs auteurs et certains scientifiques veulent la réintégration de ces espèces dans le genre... Trichogaster ! Toutefois, tant qu'il n'y a pas une révision complète des deux genres (et cette fois avec les versions complètes des descriptions d'origine, ce qui ne semblerait pas avoir été le cas dans les précédentes révisions), c'est-à-dire Colisa et Trichogaster, tant que l'ICZN chargée de contrôler le bon usage des noms scientifiques ne valide pas les arguments (ce qu'elle n'a toujours pas fait, malgré l'envoi d'une publication mettant en synonymie mineure Colisa), il est plutôt péremptoire de rebatpiser ces poissons sous l'appellation Trichogaster. Jusqu'à preuve du contraire, il s'agit encore de Colisa.
Pour le reste, vous en saurez un peu plus sur ces poissons qui continuent à fasciner tous les aquariophiles ou presque, qu'ils soient débutants comme confirmés. Personnellement, malgré la couverture présentant Colisa lalia, je préfère nettement Colisa chuna. Mais là, ce n'est qu'une question de goût ! Il est cependant dommage que cette espèce, timide au demeurant, soit si peu représentée dans sa forme naturelle, alors qu'avec un petit aquarium bien aménagé, c'est l'un des plus beaux poissons d'ornement.


     
 

 


Le ramireziLE RAMIREZI
Un livre sur les espèces du genre Mikrogeophagus.

Animalia Éditions, 2008.


En plus de l'espèce-phare Mikrogeophagus ramirezi, sont également traités M. altispinosa et les autres espèces encore et toujours indéterminées en 2012.

 






     
 


Crevettes et écrevisses d'eau douceCREVETTES ET ÉCREVISSES D'EAU DOUCE
Editions Animalia, 2007.

Un premier livre en français sur les crevettes et écrevisses d'eau douce ! Le processus fut plutôt long, et la date de publication reportée plusieurs fois. Certaines informations ont ainsi déjà plus d'un an et, concernant la nomenclature, une mise à jour est déjà nécessaire car chaque mois apporte son lot de nouvelles espèces (ou sous-espèces, ou variétés...).
Toutefois c'est une base pour s'initier à ces crustacés de plus en plus prisés, mais pour lesquels les commerçants (ou les "vendeurs"....) sont parfois bien mal renseignés.

 



     
 

 


Repro poissons d'aquariumLA REPRODUCTION DES POISSONS D'AQUARIUM D'EAU DOUCE
Editions Animalia, 2006

La repro de certaines espèces sont décrites en détail (du guppy jusqu'au néon, Paracheirodon innesi), et vous trouverez des infos plus générales sur les méthodes à utiliser pour certains groupes ou genres de poissons.
Le côté technique et notamment l'installation de bacs d'élevage (avec divers exemples selon les espèces reproduites) sont traités dans cet ouvrage. La nourriture, aussi bien pour démarrer l'élevage des alevins que pour alimenter les géniteurs, est aussi détaillée.

 

 


     
 

 


Atlas poissons d'aquarium d'eau douceATLAS DES POISSONS D'AQUARIUM D'EAU DOUCE
Edtions Animalia, 2005
En collaboration avec Gireg Allain, Philippe Burnel, Régis Cavignaux, Eric Cusimano, Alain Grioche et Michaël Negrini.

Cet atlas a une particularité : c'est le premier atlas français consacré à l'aquariophilie. Jusqu'alors, tous ces livres étaient des adaptations d'ouvrages étrangers (Allemagne pour le Mergus et le Bede Atlas ; U.S.A. pour l'Atlas du Dr Axelrod). Cocorico !
Si nous sommes pour l'instant loin du nombre de volumes et de pages (et d'espèces !) proposé dans les autres collections, il n'empêche qu'il s'agit déjà d'un livre très complet, notamment sur les techniques aquariophiles. Et c'est également, pour l'instant, le plus récent.
Quant aux espèces de poissons et de plantes, si l'on excepte les nouveautés depuis 2005, elles sont plus que largement représentées par rapport à ce que l'on trouve réellement dans le commerce.